Inscriptions 2018
>

La charte ESAA Aquitaine

Ce que pourrait ou devrait être l’enseignement artistique privé.

Chaque année, de nouvelles écoles d’arts privées s’installent dans les grandes métropoles françaises. Elles répondent toutes à la même définition ou presque.

  • Formations BTS
  • Temps de formation compris entre 3 et 6 ans
  • Effectifs compris entre 200 et 500 étudiants
  • Frais d’inscription supérieurs à 6500€ voire davantage
  • Moyens de communication sans limite

Déçus par les tentatives successives mises en place pour donner une "reconnaissance" ou un statut particulier à des établissements d’enseignement supérieur à but non lucratif, notamment RNCP, puis dernièrement EESPIG, initiatives rapidement rattrapées par des équipes marketing capables d’en faire un sevice payant ou d’en extraire le contenu pour l’orienter dans un sens nettement plus adapté à leurs objectifs commerciaux, nous avons décidé de détailler le modèle que nous développons depuis 10 ans, qui a au moins pour mérite d’établir une feuille de route, chiffrée et restrictive, sur les bases d’une organisation budgétaire et pédagogique que nous estimons responsable et saine, ou du moins, viable et parfaitement reproductible.

Cette charte établit les proportions budgétaires et les bonnes pratiques garantes d’un fonctionnement à but non lucratif et orienté vers l’enseignement plutôt que vers une marchandisation de l’enseignement sans fin . En voici le résumé en quelques points.

La forme juridique :

  • Privilégier une forme à but non lucratif ( Association loi 1901) ou une forme relevant de l’Economie Sociale et Solidaire.

L’offre :

  • Obligation de publier clairement le nombre d’heures dispensées dans l’année pour chaque année de formation. Une heure de cours ne peut s’entendre que comme un "face à face pédagogique". La présence d’un formateur est obligatoire. Les heures de stage ou d’alternance ne peuvent figurer dans le décompte de ces heures de cours.
  • Proposer une offre de formation transversale. Eviter une organisation pyramidale (spécialisant) des cursus.
  • Proposer un nombre élevé d’heures de cours. Au moins 800 heures de cours par année de formation.Les heures de stage ou d’alternance ne peuvent figurer dans le décompte des heures de cours.
  • Proposer des cursus de formation courts, inférieurs à 4 ans.
  • Limiter le recours aux "cours groupés" et/ou ne pas dépasser plus de 50% des volumes horaire d’une formation.

Public visé et effectifs :

  • Obligation de publier le nombre d’élèves en cours et, en cas de cours groupés, le nombre moyen d’élèves présents dans une classe pendant la formation.
  • Limiter le nombre d’élèves en classe. Pas de classe supérieure à 20 élèves.
  • Limiter le nombre d’étudiants en "cours groupés" à 25 personnes maximum.
  • Limiter le nombre d’élèves dans l’ établissement. Pas plus de 150 élèves par structure.
  • Limiter le nombre de classes d’un même niveau à 2 classes.

Les tarifs :

  • Obligation de publier les tarifs de chaque année de formation en incluant ou en détaillant tous les frais annexes demandés en cours d’année scolaire. ( Fournitures, reprographie, etc.)
  • Limiter les tarifs de formation à 6000 €/ an ou moins.
  • Tenter de garder un rapport Prix / Nb d’heures de formation ou coût horaire de formation précisément inférieur à 7€. 5 € / heure étant le but à atteindre.
  • Limiter les frais de dossier / frais d’entretien d’inscription ou les bannir totalement.
  • Limiter les frais annexes ou frais cachés ou les bannir totalement
  • N’appliquer aucune marge sur les « obligations de la vie scolaire », moyens de reprographie, photocopies, etc...

Communication et publicité :

  • Eviter d’avoir recours à des moyens de communication dont les tarifs auraient une incidence directe sur les prix des formations proposées et/ou obligeraient à modifier les politiques de recrutement.
  • Limiter le budget de communication annuel à une valeur n’excédant pas le tarif d’une année de formation d’un élève. < 6000 € étant le but à atteindre.
  • Limiter la diffusion papier, l’affichage urbain, le ciblage postal...
  • Préférer des moyens de communication dématérialisées et très ciblées. Dans le cas d’une communication sur supports urbains, le limiter à un rayon de 5 km autour de l’école, privilégier la communication orale, pendant des portes ouvertes par exemple...
  • Eviter d’avoir recours à un référencement web payant sur le principe du Coût par clic.
  • Privilégier un référencement web naturel et éthique. Ne pas employer de techniques de référencement abusives( spamdexing, zurnisme)
  • Bannir tout recours à de faux témoignages sur les forums d’orientation et visant à créer une publicité déguisée.
  • Bannir tout recours à des techniques de référencement négatif.
  • Sur les supports de communication de l’école, ne présenter que de véritables travaux d’élèves. Nommer chaque fois l’élève auteur de l’oeuvre présentée.

Nous invitons toute structure appliquant déjà strictement ces différents points, ou désirant les appliquer, à se rapprocher de notre établissement en vue d’établir ensemble le label qualité EAR (Ecole d’Arts Responsable).